sommaire

Blasons des arqubusiers et Francs-Arquebusiers ©Marc Poelmans

les fêtes passées

Toutes vos photos sont les bienvenues.
Vous pouvez les envoyer (format jpeg par ex) à
marc.poelmans@skynet.be
avec la date et les personnes reprises sur l'image

Merci d'avance

sommaire images d'autrefois
2001
2002
2002 novembre
2003


423e  fête d'été des Francs Arquebusiers
 Superbe fête ce dimanche 7 juillet 2002 pendant laquelle les Francs Arquebusiers ont encore une fois défilé sous le soleil

Dès les premières lueurs de l'aube, le Réveil fit entendre ses premières notes de musique.Celle-ci, commence douce et légère puis se termine en crescendo fortissimo, comme si la partition, après un réveil en douceur, décidait de secouer les endormis.
On crut entendre le tonnerre au loin, mais il s'agissait seulement du Corps des Tambours qui à 5 heures également se mettaient en route, réveillant les derniers qui dormaient encore et les conviant à faire la fête.

9 heures, les officiers sont prêts à partir, le cortège s'ébranle pour s'arrêter face à l'Hôtel de Ville.
Première Brabançonne de la journée, première décharge des mousquets, les honneurs sont rendus au Général-Président Didier Kinet et aux drapeaux qui intègrent les rangs.

En route au travers de toute la cité jusqu'à la rue de Mons, où les aides de camp entourent l'empereur Alain Woolf revêtu de son superbe uniforme de général d'infanterie du 19e siècle et de son collier d'argent et vermeil portant saint Martin et papegai.
Seconde Brabançonne et une fois encore, les Mousquetaires font parler la poudre noire dans une salve d'honneur.
Rentrée à la salle où chacun se salue avant de repartir à 10 heures.

La montée vers Lorette est pénible, il fait chaud, la cadence au pas est arrêtée pour laisser à chacun le temps d'arriver à son aise au cimetière en face duquel les rangs sont impeccablement reformés.
La Compagnie entre lentement, solennellement, prend place devant la pelouse d'honneur et écoute en silence le très beau discours du Général Kinet.
Celui-ci rappelle pourquoi les Francs Arquebusiers viennent chaque année en cet endroit honorer leurs défunts.
Cérémonie substituée à la grand-messe à la Collégiale qui ne leur était plus accessible en 1910, mais à laquelle, sans rancune et pour marquer leur présence et leur attachement à leurs coutumes, les Francs ont offert dernièrement un bas relief en pierre taillée représentant leur patron saint Martin.
Une salve d'honneur salue tous les disparus et l'État-major se rend sur la tombe du dernier défunt.
Chaque famille fait le tour du cimetière, fleurissant les tombes des parents, saluant les amis disparus.

En effet, si les statuts de 1579 demandaient aux Harquebusiers d'honorer leurs morts le  jour de leur disparition, les Francs Arquebusiers vont bien plus loin en leur rendant hommage chaque année à chaque fois que la Gilde monte à Lorette.
On est très loin de cette "obligation morale" de la Toussaint où l'on va nettoyer les tombes et les fleurir.
Ici, c'est une atmosphère mêlée à la fois de solennité, d'honneur, de larmes d'émotion mais aussi de sourires, de convivialité, de souvenirs, et cette cérémonie frappe les esprits de ceux qui y assistent pour la première fois.

Retour à la salle, non sans saluer au passage la Compagnie Royale des Anciens Arbalétriers

Prestation de serment des nouveaux membres et remises des décorations, en saluant spécialement MM Poelmans et Verjans pour leur 50 ans de présence dans la gilde.
Une dame était aussi à l'honneur, puisque seuls les Francs décorent les dames.
Elles sont en effet un maillon indispensable de cette chaîne de solidarité qui uni tous les membres de notre compagnie. Loin d'être seulement jolies au bras de leur compagnon pendant le gast, elles sont indispensables à la vie de la Compagnie, par leur présence, leur soutien et leur travail.

Le début d'après-midi nous vit au tir.
L'un étant gaucher et l'autre droitier, il fut amusant de voir deux amis; l'Empereur et le Président, dos à dos pour tirer la plus belle balle.
Malgré la ténacité de Pol Van Hesbroeck, certainement le meilleur tireur que la Compagnie ait eut dans ses rangs ces 25 dernières années, c'est notre Empereur Alain Woolf qui emporta le collier de Roy.

Il a ainsi rejoint le cercle fermé des vrais Roys; ceux qui au moment où ils posent leur carabine après avoir tiré, sentent l'émotion les envahir comme une bouffée de chaleur, regardent la cible frappée au centre, espèrent secrètement que personne ne réussira à mieux centrer une balle puis qui, en vainqueur, descendant la grand-rue le bouquet à la main et au son de Sambre et Meuse, sentent un long frisson les parcourir.

Il mena le gast et le cramigon au bras de son épouse, et le sourire aux lèvres.

Comme toute la journée, après une dernière Brabançonne , la soirée se termina dans la joie et la bonne humeur.

Prochain rendez-vous:le dimanche 10 novembre 2002 dès potron-minet, mais avant, découvrez quelques photos de cette belle journée
(elles sont disponibles sur demande en format papier ou informatisé haute résolution)

Marc Poelmans
Didier Kinet, Général-Président
Le Général Kinet préside la séance académique

"Tambours ouvrez le ban"

Corps des Tambours, Tambour maître Claudy Bautil

Tambours des Francs Arquebusiers Tambours des Francs Arquebusiers, ouvrez le banTambours des Francs Arquebusiers

Alain Woolf, Empereur des Francs Arquebusiers
procède aux prestations de serment
Je jure fidélité éternelle..."

Alain Woolf, Empereur Alain Woolf, Empereur

Je jure fidélité éternelle ...

Prestation de serment Alain Woolf et un cadet
Les décorés pour 50 ans de présence dans la compagnie
MM.Poelmans et Verjans

Marcel Poelmans, Commandeur de l'Ordre de St Martin Marce Poelmans,Commandeur de l'Ordre de St Martin Mm. Poelmans et Verjans, Commandeurs de l'Ordre de St Martin
L'après-midi après le Tir du Roy
Un Empereur très heureux d'être Roy

Alain Woolf, Empereur et Roy du tir Alain Woolf, Empereur et Roy du tir

Charité en bronze de St Martin des Francs Arquebusiezrs, réalisation Marc Poelmans
Départ pour le Gast des Dames

Alain Woolf, Empereur et Roy du tir, et son épouse Christine Alain Woolf, Empereur et Roy du tir, Paul Lambert aide de camp et Guy George Capitaine-commandantAlain Woolf, Empereur et Roy du tir, départ du gast Le cortège du Gast des Dames, tête du cortègeLe cortège du Gast des Dames, tête du cortège Le cortège du Gast des Dames

Le cortège du Gast des Dames, tête du cortègeAlain et Christine Woolf-HenryNicolas Kinet
Le cortège du Gast des Dames Le cortège du Gast des DamesLe cortège du Gast des Dames Marcel et Augusta Poelmans-Delhet
Didier et Marie-Claire Kinet-Gaion Pol et Nicole Van Hesbroeck-KinetPierrot Kinet et sa fille André Verjans
C'est la fille du Tambour Major ...vivent les Francs
C'est la fille du Tambour Major ...vivent les Francs
Une dernière Brabançonne

Dominique Mignon Claudy Bautil

Plaque de façade du 400e anniversaire

Blason-drapeau des Francs Arquebusiers ®modèle déposé

sommaire

©Marc Poelmans

www.1579.be