sommaire

Blasons des arqubusiers et Francs-Arquebusiers ©Marc Poelmans

les fêtes passées

Toutes vos photos sont les bienvenues.
Vous pouvez les envoyer (format jpeg par ex) à
marc.poelmans@skynet.be
avec la date et les personnes reprises sur l'image

Merci d'avance

sommaire images d'autrefois
1986
1987
1988

La Meuse 05/07/1987

En 1987

Le Corps des Tambours

fut rhabillé dans le même uniforme des
Grenadiers belges
avec toutefois le bonnet à poils de la grande tenue
au lieu du shako de service
porté par les soldats de l''Escorte de St Martin

cliquez sur les images pour agrandir

Ici à droite:

Tambour des Grenadiers
en tenue d'hiver avec le manteau

Les Grenadiers de 1854 Les grenadiers de 1854
Tambour des Grenadiers, armée belge 1854

 

Ci-dessous la planche N°31 de Robert Aubry: LeRégiment de Grenadiers 1854-1871 col. M. Poelmans FAV
Cliquez ici pour retrouver toutes les planches de Robert Aubry
Musicien grande tenue - Sous-officier tenue de service
Tambour grande tenue - Soldat tenue de service avec le manteau - Officier grande tenue
Corps des Tambours et Escorte de saint Martin

Armée belge; les Grenadiers de 1854 par Robert Aubry

En 1987
les Mousquetaires
font leur réapparition dans les rangs
cérémonie au cimetière de Lorette, l'Empereur Fernand Humblet, les aides de camp Claude Claes et Maurice Martin, les Mousquetaires Jean-François, Alain et Marc Poelmans

Depuis un moment déjà ils défilaient juste derrière l'Empereur avec un fusil, mais ils trouvaient que c'était insuffisant.
Aussi Marc, Alain et Christian Poelmans, prirent-ils l'initiative de raviver l'antique tradition pour que des salves à poudre noire résonnent à nouveau dans les rues de la ville comme autrefois
Au départ, les salves d'honneur devaient être effectuées avec des arquebuses à mèches copies du 16e siècle, mais un malencontreux accident envoya Christian et Marc à l'hôpital la veille de la fête.

 


épinglette des Mousquetaires des FAV

En fait Christian avait ramené les arquebuses d'Allemagne où il était caserné,
et les avait réceptionnées à l'Armurerie Kettner
et dès le samedi, elles furent essayées dans le jardin.
Mais une fausse manœuvre de rechargement du bassinet, manœuvre exécutée sans ôter la mèche, fit exploser la poire à poudre que Marc tenait en main (environ 50-100 gr de poudre noire)

Heureusement la poire, soudée à l'étain, s'ouvrit en deux, elle aurait pu éclater comme une grenade;
une flamme immense entoura les deux compères.
Christian fut touché au visage entièrement brûlé au 1er degré et sur la poitrine,
Marc était brûlé sérieusement au second degré sur tout le bras droit et sur le côté du corps jusqu'à la taille.
Il est vrai qu'il faisait chaud et qu'ils étaient tout deux en tenue légère sans protection.
Après s'être copieusement arrosés d'eau, ils furent emmenés rapidement à l'hôpital de Bavière à Liège et soignés.

Le soir même les officiers généraux venaient leur rendre visite après avoir été cherché St Martin,
on avait remarqué leur absence et la nouvelle s'était répandue ...comme une traînée de poudre.

Le lendemain, retour à l'hôpital pour changer les pansements.
De retour vers 10h, Marc s'habilla en vitesse, et en officier rejoignit la compagnie qui arrivait à la Collégiale.
Etonné et ravi en le voyant sur le trottoir, le sergent-sapeur fit saluer toute la compagnie.
Avec émotion après cet hommage inoubliable, il reprit sa place, et son fusil, au sein du cortège.
Christian, remplacé par son frère Jean-François le matin, réintégra les rangs l'après-midi avec un visage plus que bronzé.
Les aides de camp portèrent, avec courage vu le poids, les arquebuses à mèche toute la journée, ignorant que l'une d'elle était toujours chargée... et l'est toujours,
elle trône dans le bureau de l'Echevinat du Tourisme de Visé à qui elle fut offerte quelque temps plus tard

Cet incident explique l'usage des mousquets à percussion, qui furent utilisés, non sans une certaine appréhension, dès le lendemain de l'accident,
le 5 juillet 1987 au retour du tir pour saluer St Martin chez Martine Lambert Rue du Collège

épinglette d'or des Mousquetaires des FAV, insigne du capitaine ou insigne d'honneur
Sans uniforme particulier, les Mousquetaires ont gardé leur habit noir d'officier

médaille d'aspirant-mousquetaire des FAVIls se distinguent seulement par une épinglette
Il s'agit d'une épingle, ici en argent, qui servait à déboucher la cheminée des mousquets à percussion, attachée à une chaînette elle même fixée à un insigne qui a un rapport avec le régiment.
Les mousquetaires ont opté pour une réduction de l'oiseau porté au bas du collier de l'Empereur.

Cet insigne que beaucoup considèrent comme le plus beau de la compagnie est:
argenté pour les officiers Christian et Alain Poelmans, Paul Van Hesbroeck, Michel Barbas et Thomas Charpentier,
mi argenté et doré pour le Lieutenant André Schneider et doré pour le Capitaine Marc Poelmans
Il fut remis officiellement aux Mousquetaires le 3 juillet 1988.
En signe de respect envers les anciens, trois insignes d'honneur dorés furent remis
au Capitaine-commandant Guy George, au Général Jean Lottin,
et à l'Empereur Fernand Humblet dont ils forment la garde particulière.
20 ans plus tard d'autres insignes d'honneurs furent également remis
A l'armée, l'épinglette devint un insigne qualifiant les tireurs exceptionnels, d'ailleurs plusieurs Roys du tir marchent au sein des mousquetaires.
Les jeunes aspirants mousquetaires qui viendront les rejoindre porteront quant à eux une médaille particulière en attendant de recevoir leur épinglette lorsqu'ils prêteront le serment comme officier.
Le premier aspirant fut Florent Poelmans le 4 juillet 2004.

Très beau reportage de la RTBF
Emision Télétourisme en 1987

Télétourisme 1987

Lla Compagnie en 1987
avec comme sergent sapeur Georges Delfosse et le tambour major Paul Lambert

L' Escorte de Saint-Martin inaugurée en 1987 sous le commandement du sergent André Philippens. Escorte 1987
Présentation officielle lors de la séance académique de l' Escorte de Saint-Martin en l'année 1987.


 

 

 

 

sommaire

©Marc Poelmans

www.1579.be